Cinq pièges relatifs à l’automatisation, et les façons de les éviter

Blog /Cinq pièges relatifs à l’automatisation, et les façons de les éviter

Puisque mon travail m’amène aux premières loges des domaines de l’intelligence artificielle et des données, j’ai l’occasion d’échanger avec un grand nombre d’acteurs du monde de l’automatisation, dont des développeurs, des chargés de projet et des personnes qui allouent des fonds aux ingénieurs. J’ai également été témoin de projets qui ont requis des millions de dollars et qui, en fin de compte, n’ont généré qu’un très faible rendement, ou encore de projets réussis qui, après un certain temps, n’ont pas pu suivre l’évolution de l’entreprise.

Pourtant, il est possible de prévenir ce genre de problèmes en prenant soin de bien planifier les projets et en évitant certains écueils courants du cycle de vie de l’automatisation. À la manière d’un guide de voyage qui vous indique les routes à éviter, nous vous proposons quelques conseils pour éviter les pièges qui vous guettent sur le chemin de l’automatisation.

Voici les cinq principaux pièges de l’automatisation et quelques conseils pour aider les entreprises à les éviter :

  1. Intégrez l’automatisation à votre culture : Dotez-vous d’une culture axée sur l’apprentissage continu et sur la gestion du changement numérique. L’automatisation n’est pas qu’une simple succession de projets : elle requiert un changement de mentalité au sein de l’entreprise. L’objectif est de faire de l’automatisation un mode de vie. Lorsque vous planifiez des projets d’automatisation, misez sur la transparence, sur la communication et sur la consignation des étapes à suivre. Ayez une idée claire des résultats que vous attendez.

    De plus, misez sur la collaboration pour tirer parti des qualités de vos différentes générations d’employés. Par exemple, vous pouvez jumeler un employé de la génération Y, qui est doué en programmation, avec un collègue de la génération X, qui pourrait être plus à l’aise avec les exigences bureaucratiques et ainsi en meilleure posture pour faire la promotion du changement. Pour favoriser un changement de culture, vous pouvez également désigner des ambassadeurs de l’automatisation au sein de votre équipe. Ces personnes pourraient, par exemple, souligner les réussites en matière d’automatisation et prendre note des leçons tirées des projets échoués ou interrompus. Et le plus important dans tout cela? La communication!

  2. Faites éclore les talents : Une fois que vous avez mis en place une culture axée sur l’automatisation, renforcez-la en aidant votre équipe à se perfectionner. Dénichez les candidats qui se passionnent pour l’automatisation et aidez-les à évoluer. S’ils sont plus expérimentés, permettez-leur de mentorer vos recrues. Créez un référentiel qui permettra à votre équipe de partager des projets, de solliciter l’expertise des collègues et de diffuser des séances de formation.

  3. Maximisez votre RCI en sélectionnant avec soin les processus que vous souhaitez automatiser : Le choix des processus à automatiser est une étape essentielle à votre succès, tout comme l’optimisation de ces processus en vue de leur automatisation. Ciblez les processus qui sont hautement répétitifs et qui impliquent de grands volumes, comme la saisie de données et les fonctions d’arrière-guichet. Une erreur fréquente est de choisir les tâches qui plaisent le moins aux employés. Évitez de tomber dans ce piège, sauf si ces tâches gagneraient bel et bien à être automatisées. De plus, au début de votre mission d’automatisation, assurez-vous de réaliser des projets qui génèreront des résultats rapidement, plutôt que de miser uniquement sur des projets complexes de longue haleine. Les étapes initiales et les projets plus courts sont plus susceptibles de se traduire en résultats rapidement, ce qui augmentera la confiance des troupes.

  4. Décloisonnez l’information : J’ai trop souvent vu, en particulier dans de grandes entreprises, des équipes travailler sur un projet d’automatisation sans savoir qu’un autre groupe travaillait sur une initiative similaire. J’ai même été témoin d’un cas où deux équipes travaillaient sur le même projet. Par exemple, j’ai vu l’équipe des finances d’une grande entreprise de fabrication se procurer une solution d’automatisation pour ses processus comptables et financiers sans tenir compte du processus de gouvernance, au moment où l’équipe de la direction des TI se procurait le logiciel d’un fournisseur concurrent pour répondre aux mêmes besoins. L’entreprise ne pouvait retenir qu’un seul fournisseur. En fin de compte, l’équipe des achats est intervenue pour régler le problème.

    Mais pensez au temps et aux ressources qui ont été gaspillés! C’est pour cette raison qu’il est essentiel de décloisonner les îlots d’information. Pour éviter ce problème, envisagez de confier à un membre de votre haute direction la responsabilité de créer un processus robuste de gouvernance qui permettra d’atténuer ce genre de problèmes. Ensuite, mettez sur pied une plateforme collaborative axée sur le partage et l’apprentissage, et encouragez vos équipes à en faire une utilisation diversifiée pour favoriser une culture de l’automatisation, qu’on pense à des fiches d’évaluation, à des concours ou à des activités ludiques.

    Les projets d’automatisation peuvent parfois se révéler très complexes. Dans de tels cas, demandez à une équipe de surveiller le projet et d’aider à rationaliser les dépenses en technologie qui y sont associées, afin que l’automatisation génère des retombées concrètes pour vous et vos clients.

  5. Choisissez les bons outils technologiques : Un autre questionnement crucial dont j’ai été témoin est le choix entre la conception et l’achat. Les entreprises doivent prendre cette décision avec soin et tenir compte d’une panoplie de facteurs, notamment les investissements nécessaires, l’échéancier, la dette technique, la sécurité et l’évolution du marché. La conception d’un logiciel demande un engagement important. Il s’agit d’un processus complexe qui demande beaucoup de fonds et de ressources. Les entreprises qui se tournent plutôt vers l’achat de logiciel doivent s’assurer de faire un choix qui est conforme à leur architecture et à leur feuille de route, en plus de privilégier la facilité d’installation et le soutien aux utilisateurs. D’après mon expérience, l’achat est le meilleur choix pour les entreprises en quête de rapidité et dans les cas où le remplacement des systèmes existants se révèle trop coûteux.

Vous aimeriez recevoir d’autres conseils? Découvrez comment vous pouvez bâtir une entreprise intelligente grâce à l’automatisation et comment Nucleus, notre plateforme pour entreprise, nous aide à offrir des solutions numériques intelligentes à nos clients.

Date de la publication : 2020-01-02

PARCOURIR NOS BLOGUES