Trois façons dont les assureurs peuvent prévenir les crimes financiers : un indice, l’épuration des données est la première étape

Blog /Trois façons dont les assureurs peuvent prévenir les crimes financiers Un indice, l’épuration des données est la première étape
NTTDATAServices_KYC_blog_post

Un terrain propice à la criminalité financière

La difficulté à détecter et à prévenir la fraude au sein d’une société d’assurances est un aspect qui pourrait susciter l’intérêt des criminels. En effet, le faible niveau des transactions d’assurance ne permet guère de dépister les crimes financiers. En dehors des paiements de primes et des demandes de règlement, les clients du secteur de l’assurance effectuent relativement peu de transactions (par rapport aux clients du secteur bancaire). Par conséquent, les entreprises peuvent créer et tester des modèles de lutte contre le blanchiment d’argent de leur propre chef. Bien que l’industrie de l’assurance soit fortement réglementée, les organismes de réglementation ont accordé encore très peu d’attention à ses pratiques de lutte contre le blanchiment d’argent, comparativement à celles des institutions financières. Voilà pourquoi certains craignent qu’une personne malveillante puisse utiliser un compte de rente viagère, par exemple, pour placer des fonds dans le cadre d’un stratagème de blanchiment d’argent plus vaste.

La prochaine priorité pour les organismes de réglementation

Immédiatement après la crise financière de 2008, les organismes de réglementation ont concentré tous leurs efforts sur les politiques et procédures des grandes banques pour dissuader les crimes financiers. Celles qui ne respectaient pas la Patriot Act et la Bank Secrecy Act des États-Unis se voyaient infliger de lourdes amendes. Et ce n’est pas étonnant qu’on estime que près de 70 % du financement illicite transitent par des institutions financières légitimes, alors que moins de 1 % des actifs liés au commerce mondial est saisi et gelé. Les organismes de réglementation s’intéressent désormais aux banques non traditionnelles comme Western Union (qui s’attend à payer des frais relatifs à la conformité pouvant atteindre 4 % de ses recettes en 2017) et PayPal (qui, en 2015, a accepté de verser 7,7 millions de dollars au Bureau du contrôle des avoirs étrangers du département du Trésor pour violations des sanctions). L’industrie de l’assurance prévoit qu’elle sera la prochaine à recevoir l’attention des inspecteurs et prend les mesures nécessaires pour se conformer aux règles de connaissance du client et de lutte contre le blanchiment d’argent.

Les assureurs n’encourent pas seulement de lourdes amendes si un organisme de réglementation estime que leurs politiques de lutte contre le blanchiment d’argent ne répondent pas aux attentes. Le risque d’atteinte à la réputation est une préoccupation majeure pour les assureurs, qui comprennent qu’il ne faut que quelques nanosecondes aux clients pour trouver une autre société d’assurance ou aux investisseurs pour apprendre sur les réseaux sociaux que leur institution a été utilisée dans le crime organisé ou, pire encore, dans le financement d’activités terroristes. La capacité d’un organisme de réglementation à influer directement sur les résultats financiers d’une société d’assurance pose également une menace importante. Un organisme de réglementation pourrait, par exemple, entraver les efforts d’expansion de la société d’assurance, l’empêchant de pénétrer un nouveau marché ou d’acquérir une nouvelle entreprise parce qu’elle ne dispose pas des contrôles de sécurité appropriés.

Comment les sociétés d’assurance peuvent-elles atténuer les activités de blanchiment d’argent?

Pour éviter les activités de blanchiment d’argent, je recommande à mes clients de concentrer leurs efforts sur l’évaluation des mesures en matière de connaissance du client et de lutte contre le blanchiment d’argent à l’échelle de l’entreprise, sur les procédés de nettoyage et d’enrichissement des données que possèdent déjà les sociétés, ainsi que sur le renforcement des efforts de lutte contre le blanchiment d’argent grâce au soutien d’une entreprise spécialisée.

Nettoyez et enrichissez vos données

La disponibilité de données de grande qualité qui sont pertinentes et prédictives jette les bases d’une stratégie efficace de prévention des crimes financiers. Cette première étape cruciale est souvent négligée et n’est pas une mince affaire pour toute société d’assurance typique qui fonctionne de manière cloisonnée et qui sépare des renseignements propres à différents systèmes et secteurs d’activité.

Avant d’investir dans de nouveaux outils et de nouvelles technologies, faites équipe avec des experts en correction de données pour évaluer la qualité, l’exhaustivité et l’efficacité prédictive des données de profil client et pallier les données manquantes afin de garantir le bon fonctionnement des systèmes de connaissance du client et de lutte contre le blanchiment d’argent.

Mettez en place un processus cohérent d’intégration client, de connaissance du client et de lutte contre le blanchiment d’argent à l’échelle de votre entreprise

Nonobstant les nombreux produits et canaux proposés par votre société d’assurance, vous devez mettre en place un processus unique et cohérent de suivi, d’évaluation et d’intégration des clients.

De nombreuses sociétés d’assurance font appel à un partenaire informatique pour évaluer leurs politiques et procédures de connaissance du client et de lutte contre le blanchiment d’argent, ainsi que pour trouver des façons de mettre à profit la technologie aux fins d’amélioration de l’efficacité. Le bon partenaire vous aidera à définir une stratégie d’intégration axée sur l’expérience client et à établir les rôles et responsabilités des différentes lignes de défense. Parmi celles-ci, notons les agents qui saisissent les renseignements sur les clients et qui sont chargés de l’intégration; l’unité des crimes financiers qui surveille les transactions et le comportement des clients; ainsi que le groupe de vérification interne qui veille au respect de toutes les politiques et procédures, tout en mesurant leur efficacité dans le cadre de la prévention des crimes financiers.

De plus, grâce à des données épurées et à un processus de lutte contre le blanchiment d’argent mis en œuvre à l’échelle de l’entreprise, vous pouvez personnaliser des stratégies génériques de lutte contre le blanchiment d’argent en fonction des performances observées côté client, des données provenant de sources publiques et des flux de données de tiers pour l’industrie.

Faites appel à des experts en matière de lutte contre le blanchiment d’argent en dehors de votre secteur d’activité

Les assureurs peuvent apprendre beaucoup des experts en matière de conformité qui œuvrent dans d’autres secteurs, comme les banques, les organismes d’application de la loi et les entreprises du secteur public. Dans le cadre de vos efforts de recrutement, cherchez à former des équipes de lutte contre la criminalité financière qui comptent des personnes issues de ces secteurs.

Trouvez des occasions d’échanger des histoires et des bonnes pratiques avec des professionnels de la conformité qui ne font pas partie de votre secteur. Assistez à des conférences axées sur la criminalité financière et la réglementation, auxquelles des dirigeants de banques et de sociétés d’assurance participent.

Les assureurs dont la stratégie de lutte contre le blanchiment d’argent se fonde sur des données clients significatives et prédictives, et qui mettent en place une culture de conformité dans toutes les sphères de leur organisation réussiront à renforcer leur conformité en ce qui a trait à leurs obligations de connaissance de la clientèle et à leurs obligations en vertu des lois pour la lutte contre le blanchiment d’argent. Bien que ces changements ne puissent pas se produire du jour au lendemain, en obtenant le soutien d’une entreprise spécialisée, les sociétés d’assurance peuvent faire un grand pas vers l’avant pour protéger leurs actifs contre la fraude.

Étude de cas connexe : NTT DATA a aidé une grande banque européenne à élaborer une solution de bout en bout, offerte comme un service, pour l’intégration et la connaissance de la clientèle. Le résultat : une réduction des coûts de 40 % et une amélioration de la conformité réglementaire.

Date de la publication : 2018-01-19

PARCOURIR NOS BLOGUES